NOUS SOMMES

 

les archipels

HISTORIQUE

 

Interprètes et chorégraphes, Philippe Meunier et Ian Yaworski accumulent d’abord plusieurs projets en solitaire avant de finalement allier leurs forces. Leurs désirs mutuels de développer un vocabulaire chorégraphique singulier inspiré par la gigue traditionnelle québécoise et la percussion corporelle sont à la base même de ce qui, au fil du temps, deviendra les ARCHIPELS.

 

DE L’INDIVIDUALITÉ À LA COLLECTIVITÉ

 

Bromance dance, leur première collaboration donnant l’envers du décor du processus de création des chorégraphes, sera présenté dans le cadre du 1er OFF BIGICO (Théâtre Aux Écuries) en 2016 et à La Rotonde (Maison pour la danse de Québec) en mai 2018.

 

Parallèllement, c’est à Tangente, en mai 2017, qu’ils proposent Monte-Charles, une œuvre chorégraphique se déroulant sur 3 étages à l’intérieur de l’Édifice Wilder – Espace danse. Le public prend place à bord du monte-charge et voyage à travers les différents tableaux et étages de ce récit alimenté par différentes phobies sociales.

Le succès de Monte-Charles pousse les chorégraphes à en faire une adaptation in situ permettant de transposer l’œuvre dans des lieux communs et connus. Monte-Charles devient alors Frictions et fera partie de la programmation 2017-2018 de Jouer Dehors (La Danse sur les Routes du Québec). Les chorégraphes et leur regard novateur sur la gigue ont clairement su attirer l’attention sur cette pratique méconnue.

 

DES CHORÉGRAPHES À DIMENSION HUMAINES ET SOCIALES

 

Philippe Meunier et Ian Yaworski multiplient les collaborations enrichissantes tant au niveau artistique que personnelle. Au printemps 2018, il créent JoBlo, un processus de création d’une durée de 12 semaines avec les élèves de l’école Lanaudière (Montréal). Le spectacle regroupant 300 jeunes sera repris lors de la Journée internationale de la danse le 29 avril 2019 sur la Place des Festivals.

 

Aussi, dans le cadre du spectacle des finissants 2018 de PJE (Productions Jeun’Est), un centre de formation en techniques de scène et d’insertion sur le marché du travail, ils ont le mandat de concevoir et de mettre en scène un spectacle qui valorise les travailleurs de l’ombre. Ils insistent ici tout particulièrement sur les enjeux techniques créant ainsi une « anthologie chorégraphique exagérément technique ».

NOTRE DÉMARCHE

 

Issus du milieu des danses traditionnelles, nous élaborons depuis plusieurs années un vocabulaire gestuel et rythmique fondé sur la déconstruction et l’exploration de la gigue traditionnelle et du folklore québécois dans une esthétique contemporaine. Cette démarche nous a permis de développer une signature chorégraphique singulière. Cette expérience d’une fusion de styles complémentaires, tant au niveau du mouvement que de la percussion, nous désirons la pousser plus avant dans nos projets à venir.

Chargés par la même passion, nous travaillons à mettre en commun nos visions individuelles et collectives afin de créer une esthétique novatrice en gigue contemporaine qui allie gigue traditionnelle, danse contemporaine et percussion corporelle.

 

La nature de notre démarche est essentiellement vouée à explorer les voies par lesquelles rendre la danse contemporaine plus rythmique et la gigue plus poétique. En fusionnant les procédés rythmiques de la gigue aux méthodes de création en danse contemporaine, nous croyons arriver à créer un alliage complexe et complet d’un nouveau genre dansé : l’exploration d’une gestualité se nourrissant de la résonance constante du corps.

PHILIPPE MEUNIER

 

Philippe Meunier commence son expérience comme danseur dès 1992 dans plusieurs ensembles folkloriques de la région montréalaise. Attiré par l’aspect percussif des danses traditionnelles internationales, il joint en 2002 la compagnie Les Sortilèges, alors dirigé par Denise Biggi, qui avait comme mandat de « dépoussiérer » et renouveler le folklore international. Avec des chorégraphes inspirants, notamment Benjamin Hatcher, Monique Vincent et Lük Fleury, il se laisse transporter dans un univers où le folklore contemporain est encouragé. En 2008, il intègre le collectif de folklore urbain [ZØGMA] comme interprète et chorégraphe, tout en participant à des collaborations avec des artistes passionnés tels que Simon Gauthier, Carol Jones, Sandy Silva, Nancy Gloutnez et la compagnie de danse BOURASK.

Lire la bio de Philippe

C’est en 2011 qu’il propose son premier solo, Répercussions, dans le cadre de la 4ième Biennale de Gigue Contemporaine, présentée par Tangente et lors de l’évènement Parcours Danse (La DSR). Vient ensuite La pyramide du Sauveur, qui sera présentée en 2013 dans le cadre de la 5ième Biennale de Gigue Contemporaine ainsi qu’au Festival Quartiers Danses la même année. En 2015, il présente Set vicieux, une étude-solo de 30 minutes présenté par Tangente et BIGICO. En 2016, il collabore avec Ian Yaworski sur un duo, Bromance dance, qui devient le premier jet de Monte-Charles, un spectacle qui a été présenté par Tangente et BIGICO en mai 2017. L’adaptation in situ de ce dernier, Frictions, a fait parti de la programmation de Jouer Dehors (La DSR) et du Conseil des Arts de Montréal en tournée (CAM en tournée).

IAN YAWORSKI

 

Ian Yaworski débute son parcours en danse avec l’ensemble folklorique Machinaw, à Drummondville, en 1993. C’est en 2005 que Ian se joint à la compagnie [ZØGMA] comme interprète puis comme chorégraphe et profite de différentes collaborations et stages offerts par l’organisme, notamment avec Harold Rhéaume, Sylvain Lafortune et Chantale Desgroseillers. Sa polyvalence et ses compétences l’amènent à collaborer avec différents chorégraphes, dont Margie Gillis, Menka Nagrani, Nancy Gloutnez, Catherine Lafleur, Lük Fleury, la compagnie de danse Bourask et Benjamin Hatcher. Il collabore avec le Théâtre L’Instant à titre de chorégraphe pour deux créations, La fête à Jean et Skin Thight, te tenir contre moi.

Lire la bio de Ian

Ian développe son propre vocabulaire gestuel depuis 2011 dans différentes pièces. With my feet…(2009), La Métaphysique de l’instinct (2013) et L’indifférence (2015) ont été présentés par Tangente dans le cadre des Biennales de gigue contemporaine, à Zona Homa, lors des « apéros culturels » de la Place Des Arts et de la Nuit Blanche à Montréal. Il se fait confier des commandes chorégraphiques par différents interprètes dont Sandrine Martel-Laferrière, Marika D. Lafond et Audréa Page ainsi que par différents festivals. En 2016, il collabore avec Philippe Meunier sur un duo, Bromance dance, qui devient le premier jet de Monte-Charles, un spectacle qui a été présenté par Tangente et BIGICO en mai 2017. L’adaptation in situ de ce dernier, Frictions, a fait parti de la programmation de Jouer Dehors (La DSR) et du Conseil des Arts de Montréal en tournée (CAM en tournée).